Regard sur Jules-Edouard Corroyer, architecte de l’Hôtel de Ville de Roanne

Il voit le jour le 12 septembre 1835 et exerce la profession d’architecte.

Elève de Viollet-le-Duc, il s’est surtout occupé de restaurations de monuments et plus spécialement de monuments religieux. D’abord architecte de la ville de Soisson, il fur en 1874 nommé architecte du gouvernement, puis attaché à la commission des monuments historiques, inspecteur général des édifices diocésains en 1885 et élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1897. Pendant quinze ans, de 1873 à 1888, il fut l’architecte de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, qui devint l’objet principal de ses travaux. Il a construit l’hôtel de ville de Roanne (Loire) Entre 1862et 1870, les églises de Vouzy (Marne), de Villers, de Saint-Cyr-les-Vignes(1) de Vougy (Loire) (2). Passionné par la réalisation de pièces d'orfèvrerie, il présente un projet d'autel avec garniture pour l'autel Notre-Dame des Victoires à Roanne au Salon de 1866.

Le nouveau Comptoir d’Escompte, à Paris, est restauré par ses soins, ainsi qu’un grand nombre d’édifices religieux, entre autre la cathédrale de Soissons, les églises de Ham, Nesles et Athies (Somme) l’abside de la cathédrale de Dol de Bretagne, et exposé aux salons annuels, depuis 1864, des études d’archéologie et d’architecture savante relatives à ces restaurations, pour lesquelles il obtint deux médailles de 1° classe, l’une en 1873, l’autre à l’Exposition universelle de 1878. Il fut nommé en 1882 chevalier de la Légion d’honneur.

Lors de l’exécution de la fameuse digue par laquelle l’ilot du Mont-Saint-Michel a été réuni à la terre ferme, l’ardeur avec laquelle il s’y opposa, comme préjudiciable au célèbre monument, lui créa des inimitiés assez puissantes pour le faire relever de ses fonctions d’architecte du Mont-Saint-Michel (1888).

Archéologue distingué, Edouard Corroyer a publié : l’Abbaye royale du Mont-Saint-Michel, avec plans, dessins, et eaux fortes (1877) ; Saint-Michel et le Mont-Saint-Michel, en collaboration avec l’évêque Germain ; Guide descriptif du Mont-Saint-Michel (1883) et deux excellents ouvrage de vulgarisation : L’Architecture romane (1883, in-8°) et L’Architecture gothique (1891, in-8°), qui font parte de la Bibliothèque de l’enseignement des beaux-arts dirigée par M. Jules Compte

Il décède à Paris le 2 février 1904.